Poulet Directeur Général, par

Préparation : | Cuisson : | Mijoté

Non végétarien !
Sans œuf
1
Poulet Directeur Général Rated 4.00 out of 5 based on 1 ratings.

Appétissante photo - CC0 Ja6


Ingrédients pour 6 convives :

  • 25 cl d’huile de tournesol
  • 4 bananes plantain jaunes
  • 6 cuisses de poulet
  • 3 carottes moyennes
  • 1 poireau
  • 1/2 poivron rouge
  • 1/2 poivron jaune
  • 2 cuillères à soupe de curry
  • 2 cubes de bouillon culinaire épices-oignons
  • sel, poivre
  • Sauce :
  • 30 graines de djansan
  • 1 oignon
  • 4 branches de persil
  • 3 gousses d’ail
  • 20 g de gingembre
  • 4 graines de pépé
  • sel, poivre

Poulet Directeur Général

Éplucher l’oignon, l’ail et le gingembre. Les hacher grossièrement avec le persil. Ajouter les graines de djansan et les graines de pépé. Mixer le tout jusqu’à ce que l’ensemble devienne homogène. Ajouter 25 cl d’eau et mélanger.

Éplucher les carottes, les découper en rondelles d’1 cm ainsi que le poireau. Couper les poivrons en petits carrés.

À l’aide d’un couteau couper les extrémités des bananes puis inciser la peau dans le sens de la longueur avant de les éplucher. Les couper en tranches d’1 cm d’épaisseur environ, puis les faire frire.

Couper les cuisses de poulet en 3, faire revenir les morceaux dans une huile chaude dans la cocotte de cuisson. En fin de cuisson retirer toute l’huile. Réserver.

Dans la cocotte de cuisson, verser 50 cl d’eau, ajouter toutes les préparations à l’exception des bananes. Saupoudrer de curry et de cubes de bouillon émiettés. Saler, poivrer.

Porter à ébullition. 10 min après le début de l’ébullition, ajouter les bananes. Ajuster l’assaisonnement si besoin.

Laisser mijoter pendant 15 min sur feu moyen.
Servir chaud.

Conseil du chef

Le poulet DG, n’est pas un plat traditionnel. Originaire du Cameroun, il a surgi spontanément, en ville, dans les années 80. Il a acquis ses lettres de noblesse dans ces petits restaurants de quartier appelés « chantiers » au Cameroun.

Les chantiers sont en fait des restaurants improvisés « chez l’habitant », sorte de tables d’hôte bon marché qui, à défaut d’être légales, sont plus ou moins tolérées afin de permettre aux familles d’arrondir leurs fin de mois… La réputation de tel ou tel « chantier » se propage de bouche à oreille et toutes les maîtresses de maison rivalisent de savoir-faire afin de mériter les étoiles virtuelles de cet équivalent oral du Guide Michelin.

Sachant que les Présidents Directeurs Généraux sont des gens, par définition pressés, ce plat a été surnommé « Poulet DG » (afin d’obtenir le sigle : P.D.G ). C’est, en effet, un plat qui permet aux hommes d’affaires de manger rapidement, sans couverts, la viande et les légumes. Progressivement, le poulet DG est sorti du cadre des « chantiers ». Les femmes se sont mises au poulet DG afin d’« essayer » de garder leur mari à la maison…

Il est l’un des plats de référence du Cameroun, un plat de fête, équivalent du repas traditionnel du dimanche en France. Le poulet D.G. est un plat complet !


Recette partagée sous licence CC0 par Ja6 . Source : http://ja6.free.fr/fichiers/f2524.htm

Haut

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom